vue PORT GRIMAUD




Construction de l'échangeur :


barre Port Grimaud

       Cet échangeur enjambant la route nationale était devenu obligatoire afin d'assurer une parfaite sécurité aux véhicules se rendant ou sortant de la Cité Lacustre...

lLa voie d'accès à Port Grimaud
La voie d'accès à PORT GRIMAUD avant la création de l'échangeur
barre Port Grimaud

Une seule sortie pour les 3 Port-Grimaud :


       En haute saison il devenait de plus en plus dangereux pour les automobilistes venant de Grimaud ou de Sainte Maxime de traverser la nationale afin de se rendre sur la route menant à la cité lacustre devenue un lieu de visite très appréciée. Il fut décidé de construire un échangeur.

       Devant le succès croissant de PG1 et soucieux de préserver les terrains voisins de la première entité de l'arrivée de nouveaux promoteurs, Monsieur SPOERRY créa la "SCI Baie de Saint-Tropez" pour acheter ces terrains délimités par la route nationale, la rivière la Giscle et Port Grimaud 1 et la mer. En date du 21 janvier 1969, cette nouvelle société signa un accord avec la Mairie pour la réalisation d'un ensemble immobilier comprenant 700 logements dénommé PORT GRIMAUD II. Cet accord préalable prévoyait que l'ensemble de PORT GRIMAUD II ne devait avoir qu'un seul accès sur la RN98 avec l'ensemble immobilier PORT GRIMAUD 1.

Achats des terrains :


      La 'SCI Baie de Saint Tropez' devait acheter les terrains pour la construction de l'échangeur, soit 5 parcelles d'une surface de 6834m2 à des propriétaires pas toujours coopérants.
       Les permis de construire des premieres tranches de PG2 furent acceptés en juillet 69, puis septembre 73 et juin 1974. Mais le permis de la 4ème tranche du 18 décembre 1974 fut refusé par l'Administration car l'échangeur n'était toujours pas construit !

Souterrain :


       Le premier choix de l'architecte, qui allait dans le sens des riverains, était la création d'un échangeur souterrain.


esquisse d'un échangeur souterrain
Esquisse d'un échangeur souterrain

article du Provencal
Article du Provencal du 11 décembre 1975

Aérien :


      Mais compte tenu des impératifs techniques de mise hors d'eau de la chaussée, des risques d'inondation par la rivière voisine, du coût plus élevé des travaux, cette idée fut écartée au profit d'un échangeur enjambant la nationale à 7,50m de hauteur.


article du Provencal
Article sur Nice Matin du 11 décembre 1975

article du Provencal
Article du Provencal du 17 décembre 1975

Opposition :


       Une partie de la sablière de la société Perruchini, était située sur le futur emplacement de l'échangeur. Cette société essaya de contester l'expropriation ce cette partie du terrain...


article du Provencal
Article sur Nice Matin du 13 décembre 1975

Les conditions :


       L'architecte dut accepter les conditions de la Convention rédigée par la Préfecture :
       - L'échangeur devait s'étendre sur une surface de 1 ha environ.
       - Une enquête d'utilité publique fut ouverte par la Mairie le 1er décembre 75 car il fallait exproprier les propriétaires des terrains situés sur le pourtour du carrefour existant.
       - Les travaux étaient entièrement à la charge des Promoteurs.
       - La Municipalité de Grimaud était Maître d'Oeuvre.
       - Une fois fini, l'ouvrage devenait propriété de la commune qui aurait à sa charge son entretien.


Texte de la CONVENTION

barre Port Grimaud


  l'OEUVRE de François SPOERRY...




© Yves Lhermitte 2022   Reproduction interdite sans autorisation...